google-site-verification=1UmPXMroZIEH-M5dFOAMLCM-z7uXDQtOImlBSUHxeYs
 

Nos articles

Les 5 caractéristiques du consommateur lyonnais : comment s’y adapter ?


Vous souhaitez développer votre commerce en région lyonnaise ? Vous ne savez pas comment répondre aux attentes spécifiques de la population lyonnaise ?


En 2017, la Chambre d’Industrie et de Commerce de Lyon sortait la 10ème enquête consommateurs de la région lyonnaise. Il s’y dégageait des tendances de fond, permettant d’établir certaines conjectures quant à l’évolution du mode de consommation des Lyonnais. Pour vous, nous avons sélectionné les 5 caractéristiques à prendre en compte avant de lancer votre commerce B2C dans la métropole :


Un consommateur lyonnais de plus en plus tenté par la vente en ligne


Entre praticité, immédiateté et facilité, Internet a la cote auprès des consommateurs lyonnais. On estime que la consommation sur Internet des ménages de la région génère près de 707 millions d’euros de chiffre d'affaires par an, avec un habitant sur 2 qui réalise des achats sur Internet au moins une fois par semaine. C’est donc sans grande surprise qu’Internet représente le premier pôle d’achat de la région lyonnaise.


Le circuit court, le vent en poupe


Le circuit court séduit, c’est indéniable. D’après la CCI, 41% des Lyonnais achètent une fois par semaine auprès des producteurs (2017). Les marchés polarisent 6,7% de la consommation alimentaire de la région Rhône-Alpes, contre une moyenne nationale de 5%. L’explication ? Une filière agricole dynamique couplée à une implantation historique des marchés.


Entre Presqu’île et Part-Dieu, pas de différence notable

Au niveau des pôles d’achats de la métropole, Part-Dieu et Presqu’île se détachent. Avec la Porte des Alpes en périphérie, ils cumulent près de 600 millions d’euros de chiffre d’affaires par an.

Malgré leurs dissemblances : petits commerces côté Presqu’île, grosses enseignes côté Part-Dieu, le niveau de fréquentation est similaire. On note seulement plus de CSP+ dans la fréquentation de la Presqu’île.

Une baisse de la fréquentation des grandes surfaces

Elles restent tout de même les enseignes de référence auprès des Lyonnais : pour une enveloppe de 100 euros, les Lyonnais dépensent en moyenne 72 euros dans un supermarché.

Cependant, les grandes surfaces ont perdu 0.5 points de part de marché par rapport à 2012.

Cela s’explique d’une part par l’essor de la consommation sur Internet, expliqué plus haut, et d’autre part, par la baisse de l’usage de la voiture, qui réoriente la consommation vers les commerces de proximité.


De manière générale, une baisse de la consommation

La baisse de la consommation générée par la crise du COVID-19 et ses deux confinements (environ - 20% pour la métropole lyonnaise) s’inscrit dans un mouvement plus général.

Déjà en 2017, selon une enquête de la CCI, le potentiel de consommation par Lyonnais était en stagnation par rapport à 2012. Seule la croissance démographique de la région permettait de booster la consommation de 7% annuellement …

Les raisons ? Des achats qui s’inscrivent dans une démarche plus raisonnée, moins consumériste et de long terme.


Quelle stratégie adopter ?


En cette période d’incertitude liée à la crise sanitaire, il faut plus que jamais être attentif aux tendances de consommation avant de lancer une activité commerciale dans la région lyonnaise. Il est nécessaire de prendre en compte les caractéristiques énoncées précédemment, notamment le fait que le consommateur lyonnais tend vers une consommation plus responsable et locale. Quoiqu’il en soit, on vous rappelle qu’il est possible de se faire aider par la CCI, qui propose à travers son programme “je lance mon projet” un diagnostic et un accompagnement à l’élaboration d’un business plan.